IRONMAN France Nice 2016…. Done

L’IRONMAN de Nice, tout sportif sait ce qu’il représente, …le graal absolu, une consécration.

Pourtant il faut rester humble devant ce monument, il m’aura fallu presque 4 mois à me décider avant d’oser m’inscrire (rappelez vous dans mon billet précédent), et puis Gui, mon pote me tanne « allez go moi je suis inscrit » oui sauf que lui a un passé de cycliste et déjà quelques marathons à son actif alors que moi je n’ai fait que Paris en 2015 et en plus de 4 heures.

Et puis en octobre 2015 (oui il faut s’y prendre à l’avance) je me décide enfin, toujours grâce (et pas à cause) de Gui moi qui voulais le faire pour 2017 finalement c’est en ce moment que je suis en forme même si je reste un très jeune sportif.

Ashène un autre pote et grand marathonien suivra quelques jours plus tard.

Enfin la date arrive après ces nombreux mois d’entrainement au sein de mon club de Poissy ainsi qu’avec pas mal de sorties seul ou entre amis.

IMG_9790

Nous récupérons dossards et « THE » sac à dos oui, oui, celui que nous allons pouvoir transporter maintenant avec fierté.

The sac The sac

Ekoi Zerod Ironman en devenir Thierry Sourbier The Photographe Bertrand Billard

 

 

Il fait beau à Nice, après avoir nagé en mer l’après-midi,nous allons le vendredi soir au Welcome Diner réservé aux participants.

Welcome diner Welcome diner Welcome diner

L’ambiance est sympa et détendue et le maître des lieux accepte même de prendre la pause avec nous.

Yves Cordier

Samedi est consacré à un mini footing suivi d’un imprévu… mon ampoule du doigt de pied est coupée… urgence podologue !

préparation Nice podologue

 

et dans l’après midi la dépose du bike, des sacs et récupération de la puce.

Samuel Etienne par vélopucesac transition puce

 

Enfin le grand jour après une nuit plutôt bonne reveil à 4H30 ça pique.

© Yoann Rochette photographie

© Yoann Rochette photographie

Une natation sans stress, sans avoir bu la tasse, j’ai fait le job et même la brasse à plusieurs reprises, le tout pour faire certainement la meilleure performance de ma jeune « carrière ».

© Yoann Rochette photographie

© Yoann Rochette photographie

A la sortie de l’eau je prends le temps d’enlever le sel de mon visage et de mon corps sous la douche.

Une sur trois… Je suis content et j’arbore mon sourire habituel.

Transition je prends mon temps pour me sécher sous cette pluie fine qui est arrivée pendant la natation, une chaussette tombe sur le sol mouillé ça commence bien… Le compeed sur la coupure de mon ampoule, chaussures, casque, lunettes, dossard, gants et crème solaire appliquée par une gentille bénévole.

C’est parti pour un peu plus de 6h de Bike.

Je gère, pas comme à Aix ou j’avais trop envoyé.
Je ne force pas, j’suis limite en mode balade, et au col de l’Ecre … déjà !

Je récupère mon special bag avec ma veste, mes sandwichs et mes minis saucissons pour l’apport en sel et manger autres choses que des barres énergisantes.
Quelques chutes (pas moi) et une averse de fou pendant 30 mn… J’ai quand même un peu froid, le coupe vent mouillé colle sur ma peau.

J’arrive déjà sur la fin du parcours alors que j’attendais encore une montée.

Dépose vélo deux sur trois, chaussures, visière …. Moteur, faut faire un marathon maintenant, rien que ça !

Je regarde ma montre, je commence à 5:16 au kilo et décide de ralentir de suite à 5:45 mais très vite je suis plutôt au dessus de 6…

Ça se corse au 15 eme et c’est carrément l’enfer après le 25 éme, j’alterne marche et course à pied…. Après le 35 éme, sur les conseils d Ashène je me décide à prendre un gel plutôt que orange, banane et coca, j’avais peur de ne pas le supporter, je trouve ça infecte…

1, 2 et trois gels et je finis mes 5-7 derniers km en courant, je finis donc la tête haute.

J’ai oublié de vous dire que Ashéne à fait deux ou trois fois demi-tour pour courir 1 ou 2 km avec moi ! en gros il a du faire presque 50 km et tout ça pour un temps total de 3H53 … on est pas dans la même cour….il était vraiment là en touriste 🙂

5h46 au marathon …. Et pourtant je n’ai pas vraiment vu le temps passer !

L’arrivée sur la finish Line est un moment d’émotion et certainement de fierté indescriptibles, j’accélère en même temps que je souris, c’est presque fait, encore 20 secondes…
Je suis un IRONMAN oui moi l’ancien gros !

© Yoann Rochette photographie

Mon pote Gui est là pour m’attendre et savourer notre réussite ensemble et Ahsène n’arrive pas … il doit encore discuter au ravito !

© Yoann Rochette photographie

© Yoann Rochette photographie

© Yoann Rochette photographie

© Yoann Rochette photographie

Photo avec maintenant la plus belle médaille de ma vie…

la medaille Gravure

 

J’avais commandé l’option gravure au moment de l’inscription il y a déjà si longtemps, j’ai bien fait je m’en souviendrais probablement toute ma vie.

tee shirt finisher

La douleur, quelle douleur ? Vous voulez qu’on en parle ? Je suis un IRONMAN

Merci, merci mon corps toi cette formidable machine que j’ai sous estimé et plutôt mal entretenu pendant 40 ans.

En même temps que la prise en main de ce corps délaissé j’ai décuplé la volonté !

Qui du corps ou de la volonté a motivé l’autre je n’en suis pas certain !

Ce corps qui a répondu présent pendant plus de 13 heures d’efforts !

Croyez moi la devise de l’IRONMAN est totalement justifiée

Anything is possible

Cela résonne maintenant en moi …. à vie

© Yoann Rochette photographie

© Yoann Rochette photographie

5 Comments on "IRONMAN France Nice 2016…. Done"

  1. Un grand bravo !!
    Prochain objectif?

  2. Merci Max, repos pour le moment 😉

  3. Félicitations Franck, c’est une magnifique expérience et tu l’as fait….jusqu’au bout.!!!
    Ta fin de récit est superbe et digne d’un CHAMPION. Bonne récup.
    A+ Ironmec ».
    Christophe S.

  4. well done Dudse , très joli récit qui en dit long sur ta volonté ! fidèle au tracking en ligne en tout cas !
    B.R.A.V.O

  5. Wahouuu Ca donne des frissons 🙂
    Encore mille bravo !

Leave a comment

Your email address will not be published.


*